HISTOIRE

ecusson_01

Les armes de Metzeral se blasonnent ainsi : « De sinople à la gerbe de seigle d’or, bordé d’un mur de pierres d’argent maçonné de sable ».
Ses habitants sont les Metzeralois.

Le village de Metzeral est niché au cœur de la vallée de la Fecht, à la jonction des vallées de Mittlach et de Sondernach, à 6 km en amont de Munster. Le territoire communal inclut une large bande de crêtes, même au-delà du village voisin de Mittlach. Metzeral doit sa réputation aux montagnes qui l’entourent. Les rivières de la Fecht, qui prend sa source au Rothenbach Kopf, la Salzbach, la Fecht venant de Mittlach dont sa source est à Salzbach et la Sonder, la Fecht de Sondernach sont les principaux cours d’eau qui traversent la commune de Metzeral .

Situé à une altitude d’environ 490 mètres, Metzeral compte quelque 1 100 habitants. Sa situation particulière au cœur du massif des Vosges en fait un centre touristique singulier et particulièrement attrayant.

HISTOIRE ADMINISTRATIVE ET POLITIQUE

Metzeral se trouve être la localité la plus ancienne de la Grande Vallée et c’est en 817 que nous trouvons son nom pour la première fois dans les archives.

Une métairie appartenant aux moines bénédictins de l’Abbaye de Munster (installée depuis 634) était à l’origine de Metzeral, nom provenant du latin « Maceriola » signifiant petit mur de clôture en pierres sèches (que l’on reconnait dans les armoiries de Metzeral). Il existait plusieurs métairies dans la grande vallée dont la plus importante était celle du Meyerhof comprenant les champs situés entre Muhlbach et Metzeral, une autre était située au Altenhof et une troisième à Mittlach. Sans doute ces métairies étaient entourées de murs qui leur servaient de protection.

L’abbé du Monastère était le grand propriétaire foncier et il percevait la dîme et les revenus des métairies. Les habitants lui devaient des jours de corvée.

Metzeral entre en 1287 dans la communauté du Val et de la ville de Munster. La localité devient l’un des six grands villages de la commune de la ville et de la vallée de Munster, avec un prévôt (Schultheiss), membre du conseil de la commune. Il est désigné « Dorfmeyster zu Meczeral » en 1536. La vallée de Munster a souffert cruellement des actes de barbarie pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648). Les pillages, les actes de barbaries de toutes sortes se succédaient de la part des Impériaux, des Suédois et des Lorrains. La population fut décimée à un point difficilement imaginable.

Au 16ème et 17ème siècle une fonderie existait à Metzeral dont le minerai provenait de la vallée de la Wormsa. Les gens filaient et tissaient à domicile. Plusieurs roues hydrauliques et moulins ainsi que des scieries fonctionnaient dans la localité.

La première école est fondée en 1737.

La Révolution française donne l’autonomie à chaque commune de la vallée, qui a droit à son Maire et son Conseil municipal. Metzeral n’obtient son indépendance qu’en 1801. Le cadastre est établi en 1813. Les forêts sont propriété commune ; en 1833 s’amorce leur partage qui se réalise en 1847.

L’élevage fut pendant des siècles la principale ressource de la vallée avec la fabrication du célèbre fromage de Munster. Le village se développe au xixe siècle grâce à l’industrie textile. À son apogée, en 1861, Metzeral compte 1801 habitants.

Après la guerre de 1870-1871, l’Alsace devient allemande. En 1893, sur l’initiative des industriels Hartmann de Munster, la ligne ferroviaire, ouverte entre Colmar et Munster en 1868, est prolongée jusqu’à Metzeral en 1893.

Primitivement inclus au ban de Metzeral, Mittlach (fondé en 1741 par des bûcherons tyroliens) est érigé en commune le 1er avril 1908.

Durant la Première Guerre mondiale, Metzeral est l’objet d’une bataille qui se solde par une victoire française décisive. La commune, quant à elle, n’est plus qu’un amas de ruines. Ces événements furent immortalisés par le peintre officiel aux armées : François Flameng, dont les croquis et dessins, parurent dans la revue : L’Illustration. La plus grande partie du village est reconstruite au lendemain de l’armistice sous l’autorité du Maire Jacques Immer.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, un heureux concours de circonstance épargne la commune de la destruction. En effet, alors que se prépare une offensive allemande (janvier 1945), il se met à tomber, pendant trois semaines, une telle abondance de flocons de neige que toute opération militaire devient impossible. Empêché par la neige, l’ennemi doit quitter la vallée sans tirer un coup de fusil. Metzeral est libéré le 5 février 1945.

 HISTOIRE RELIGIEUSE

En 896, l’abbaye de Munster fait ériger une chapelle à Muhlbach pour éviter aux habitants du fond de la vallée de se rendre à la messe à Munster. En 1450, on construit une chapelle dédiée à Notre-Dame des Neiges à l’emplacement même d’un ermitage fondé, selon la légende, par Emma, nièce de Charlemagne, au ixe siècle, en souvenir de son fiancé Roland, mort à Roncevaux. Dès lors, la colline et la chapelle primitive prennent le nom d’Emm, abréviation d’Emma, nom que l’église porte encore aujourd’hui.

Au Moyen Âge, la paroisse de Metzeral se trouve à Muhlbach et, après 1559, devient protestante avec toute la vallée. La chapelle de l’Emm reste aux catholiques. Le simultaneum est introduit par le gouvernement français en 1727 et longtemps, l’église de Muhlbach sert aux deux cultes.

Suite aux destructions des guerres, la chapelle de l’Emm est reconstruite en 1758, sous le patronat de Saint Blaise. Après la Révolution française, elle sert à la fois aux catholiques et aux protestants.

En 1887, l’idée de séparer Metzeral de la paroisse protestante de Muhlbach, déjà émise en 1846, est reprise. En 1895, Metzeral entreprend la construction d’une église protestante inaugurée le 24 octobre 1897. Détruite durant la Première Guerre mondiale, elle est reconstruite de 1927 à 1929.

En 1899, la chapelle redevient seule église catholique par suite de la construction de l’église protestante et devient la paroisse de Metzeral-Sondernach le 2 février 1900. Au cours des affrontements de 1915, la chapelle, à l’instar des communes voisines, est totalement détruite. Une belle église votive y est érigée de 1927 à 1931.

 LA BATAILLE DE METZERAL (JUIN 1915)

Les opérations qui, dans la vallée de la Fecht, nous ont rendu maîtres de Metzeral et Sondernach, ont été remarquables à la fois par les conceptions mises en oeuvre et par l’exécution. Les alpins et les bataillons des régiments de ligne, à qui revient l’honneur de ce succès, ont rivalisé d’audace et d’abnégation. Ces troupes ont triomphé de toutes les difficultés qui leur étaient opposées. (Extraits du JOURNAL OFFICIEL du 17 juillet 1915).

Vingt-deux bataillons vont être jetés dans la tourmente, et 123 pièces d’artillerie prépareront l’offensive et soutiendront les fantassins dans leur avancée.

La 66e division d’infanterie, commandée par le Gal SERRET, et la 47e dirigée par le Gal Armau de POUYDRAGUIN, natif de Sélestat, vont mener de concert cette opération d’envergure, la première en passant par Anlasswasen et la forêt de Winterhagel, avec une diversion du côté de l’Hilsenfirst ; la seconde en attaquant la cote 830, le Braunkopf, l’Eichwaeldle et Steinabruck.

Le 15 juin 1915 l’offensive générale se déclenche suivant le plan prévu. A 13heures l’artillerie française commence sa préparation d’artillerie et un déluge de fer et de feu s’abat sur les positions allemandes et sur le village de Metzeral. A 16h30 les soldats sortent au pas de charge de leurs tranchées pour se lancer à l’assaut des positions ennemies. Vives offensives au Hilsenfirst (où la compagnie Manhès se bat héroïquement) et à l’Anlasswasen où la 66e Division y perd beaucoup d’hommes et qui progresse difficilement. Le piton 830 est enlevé, mais vers l’Eichwaeldle et le Bois-Noir c’est l’échec, par contre, après plusieurs assauts le Braunkopf est pris et occupé. Le 17 juin, Steinabruck tombe entre les mains des Français, qui se rapprochent ainsi de Metzeral, ils entrent dans Altenhof, qui brûle. L’armée allemande, comprenant que la situation devient intenable, donne l’ordre de quitter le village, tout en l’incendiant. Metzeral n’est plus qu’un immense amas de ruines dont la population avait fui dès le 9 juin. Le 19 juin, l’attaque de l’Altenhof reprend. Le 20 et le 21 juin Metzeral est conquis, la jonction de la 47e DI et la 66e se faisant à la hauteur de la chapelle de l’Emm.

Pour l’armée française le combat pour Metzeral est une victoire complète, les gains de terrains sont importants et presque uniques sur le front de l’Est.

Après ce fait d’arme de la VIIe Armée, le Village de Metzeral se verra décerner la Croix de Guerre, au titre de Village détruit, où elle figurera à la place d’honneur dans nos armoiries.
A partir de la fin de l’année 1915 les combats dans les Vosges perdent de leur intensité, mais le bilan est lourd ainsi qu’en témoignent les différents cimetières militaires qui parsèment les Vosges. La nécropole nationale du « Chêne Millet » (2632 corps) située entre Metzeral et Mittlach en est une parfaite illustration.

De 1922 à 1923, se constitue un comité de l’oeuvre du « Souvenir Alsacien », sous le haut patronage de Mgr RUCH, évêque de Strasbourg, et du Général de Pouydraguin, ancien commandant de la 47ème division et ancien gouverneur militaire de Strasbourg. La consécration de l’église-mémorial de l’Emm a lieu le 4 octobre 1931.

 PATRIMOINE

mairie-metzeral-page-histoire

 MAIRIE – ECOLE PRIMAIRE

Les plans de cette élégante Mairie-Ecole sont réalisés en mars 1923 par l’architecte Voelkel-Wolff.
L’inauguration a lieu le 2 mai 1926.

 

 

 

L’EGLISE DE L’EMM

mairie-metzeral-page-histoire-eglise-de-l-emm

Au sommet de la colline de l’Emm (nom évoquant la légende d’Emma, nièce de Charlemagne, et Roland de Roncevaux qui s’y seraient rencontrés et aimés) dominant Metzeral et la haute vallée de la Fecht, se dresse l’église de l’Emm, « Monument de Reconnaissance du Souvenir Alsacien ».

Œuvre du curé bâtisseur Martin Béhé, cet édifice est en effet consacré aux morts de la guerre de 1914-18 dans les Vosges et notamment à ceux tombés lors de la très meurtrière bataille de Metzeral en juin 1915. L’église de l’Emm est également l’église paroissiale de Metzeral-Sondernach ainsi qu’un lieu de pèlerinage séculaire dédié à la Vierge.

Pour en savoir plus lien : www.amisdelemm.fr

 

mairie-metzeral-page-histoire-temple-protestant

 

 

TEMPLE PROTESTANT

En 1895, la commune décide de faire construire une église protestante qui est inaugurée le 24 octobre 1897.
Entièrement détruite pendant la bataille de Metzeral en juin 1915, elle est rebâtie en 1929.

 

 

 

LA NÉCROPOLE NATIONALE DU CHENE MILLET

Metzeral, à l’instar d’autres communes de la vallée de Munster, a été durement touché lors des combats de la Première Guerre mondiale. A la sortie du village vers Mittlach, la nécropole nationale du Chêne-Millet où reposent 2632 soldats est là pour le rappeler.

Son nom provient du passage, en 1868, du célèbre peintre Jean-François Millet (1814-1875) en visite chez Frédéric Hartmann (industriel et maire de Munster). Des croquis témoignent en particulier de son attachement pour un groupe de chênes tout près de l’actuel cimetière.

Pour en savoir plus lien : wikipédia